2019 - Texte de nuit #04

2019 - Texte de nuit #04

2018: année du réveil

C’est une sensation incroyable ce que je vis depuis plus d’un mois. Être à sa place. Occuper un espace, défini. Infini. Se sentir comme un poisson dans l’eau! Avoir enfin trouvé un domaine où je m’épanouis! J’y ai toujours eu un pied, des contacts. Sans jamais oser aller plus loin. L’envisager même.

2019: année où je me révèle

2018 m’y a préparé, je me suis éveillée après de longues années de sommeil. Une chose en amenant une autre, je me retrouve manager pour deux groupes de musique. Ça a l’air de rien, dit comme ça. Mais cela demande énormément d’énergie. D’idées. De multipotentialité!

Vous aimez, vous, appeler un inconnu pour lui demander s’il est intéressé par quelque chose? Interpeller quelqu’un dans la rue? Aucun problème pour moi. Je peux parler avec n’importe qui sur énormément de sujets, même si je ne les maîtrise pas. J’adore le contact humain et suis très curieuse!

Apprentissage

On apprend tout le temps quelque chose. Au contact des autres ou par soi-même. Que ce soit à l’oral, à l’écrit. Après, il faut aussi savoir modérer son propos. Réfléchir, anticiper. Être organisé un minimum. Voir loin. Je dirais même: global. Envisager toujours plus loin, plus haut, plus grand. Quelle serait la raison qui m’empêcherait d’y arriver? Hormis un manque de motivation je ne vois pas. Et la motivation, j’en ai à revendre.

Toutes ces années à ronger mon frein, obéir et exécuter des choses qui auraient pu être tellement mieux avec ce petit plus. Combien de projets non aboutis ou simplement mal fichus à cause d’un manque de jugement? De ne pas avoir réfléchi assez loin? De ne pas avoir anticipé les étapes suivantes? Et aussi ne pas avoir voulu écouter la petite employée au fond, là, qui a juste, seulement, uniquement, pardonnez-la, un CFC. Dommage pour eux. Et tant mieux pour moi! J’ai tout appris grâce à ce parcours, ces enchaînements. Rien n’arrive par hasard!

Liberté

Je me sens libre de vivre ma vie comme je l’entends. Oh elle ne cadre pas, mais alors pas du tout avec ce que la «bonne» société aime. Trente-huit ans, pas d’enfants, pas mariée même si c’est tout comme. Pas de contrat de travail fixe, encore moins de contraintes. Cela a un coût, tant personnel que social. Et j’en ai ma claque d’expliquer continuellement mes choix de vie. Pourquoi faut-il toujours se justifier? Envers les autres? On vit d’abord pour soi non? Et indirectement nos choix impactent notre entourage. Qui, s’il nous correspond, ne posera même pas de questions! Par contre les autres…

Qui dit moins d’argent dit moins de consommation. Mais je ne m’en plains pas. Je redécouvre les petits bonheurs de la vie! Comme écrit dans un autre article, du moment que je peux écouter de la musique, photographier et profiter de la nature je suis heureuse. Même si je suis très frustrée actuellement au niveau des achats musicaux, je reste attachée aux objets et n’aime pas le mp3 qui ne possède pas d’âme…

Expérience

Ces derniers temps je bosse énormément. Beaucoup plus que les quarante-deux heures et demie que je faisais en imprimerie avant. Mais la grosse différence? C’est uniquement mon choix! Et surtout je n’ai pas l’impression de travailler. Je m’éclate tout simplement! J’apprends de nouvelles choses, de nouveaux programmes. Je réalise et monte des vidéos, non mais what quoi!!! Mieux, je créé également des sites Internet (en partie hein, on va dire merci à Squarespace), chose que je ne pensais jamais faire auparavant.

Confort?

Je fais des rencontres totalement géniales (coucou M.!) qui m’emmènent loin! Très loin de mon ancienne zone de confort. À se demander si j’en ai bien eu une un jour hahaha! Déjà que ma bulle est restreinte, minuscule par rapport à celle des gens en général (vous pouvez m’approcher de très près sans que je ne ressente de la gêne. Par contre l’inverse est souvent impossible, je sens et respecte toujours la vôtre), cette fameuse zone de confort censée rassurer me bloquait en fait. Avoir des chaînes, des rails pour tenir sur une route bien droite, bien lisse, très peu pour moi. Par contre, découvrir de nouveaux sentiers, défricher une zone et y découvrir un trésor… C’est magique!

Magie

C’est la sensation qui perdure depuis plus d’un mois maintenant. Je me découvre. Ma manière de fonctionner, qui jusqu’à présent faisait sauter en l’air les uns et froncer les sourcils aux autres, plaît aux personnes avec qui je collabore. Je vais vite. J’intègre les informations à une vitesse folle. Ma mémoire me sert enfin efficacement! Dès qu’un sujet me passionne, m’intéresse, je plonge littéralement dedans. Je cherche toutes les infos pouvant m’aider avec les moyens à disposition.

Musique

J’aime apprendre! J’aime le contact avec les gens. Et surtout: j’aime la musique. Sous toutes ses formes. L’écouter, plonger dedans. En jouer. Chanter. Chercher LA note qui va faire vibrer avec une autre. Aller à un concert, découvrir de nouveaux artistes. Savoir (pouvoir?) apprécier ce qui passe dans mes oreilles, devant mes yeux, même si je n’ai de loin plus les connaissances musicales de base. Mes années de solfège sont loin, loin. Très très loin…

Et c’est dingue mais j’ai envie de m’y replonger. Enfant, c’était une torture pour moi de faire ces exercices en vue des auditions et des examens. Dernièrement j’ai ressorti mes vieilles partitions de piano pour les lire, entendre la musique dans ma tête en voyant les notes, laisser les souvenirs (les bons), revenir. Bach, Schumann. Et les autres. Prendre plaisir à écouter du classique revient, après toutes ces années de souffrance. Et ça fait du bien!

Vivre sa passion

Voir un artiste jouer avec son cœur, pour son plaisir unique. C’est juste incroyable! Cela me touche beaucoup, plus qu’un virtuose démontrant tout son talent sur scène. Je crois que le mot qui correspond le mieux à ce que je vis est jouissance. C’est puissant et très intense, l’impression de rêver en permanence tellement tout est beau. Si beau que cela met les larmes aux yeux. Les émotions sont là, prêtes à débouler. Il faut simplement les accepter, faire corps avec. Et on se sent tellement bien!

J’ai oublié deux «petites» choses. Qui sont tout de même importantes! Je suis très, mais très exigeante envers moi-même. Parfois trop et cela me dessert. Et surtout je déteste faire comme tout le monde. Mon cœur balancera toujours vers l’originalité, à défaut de faire le mouton!

Ça va je ne t’ai pas perdu? Je suis partie un peu dans tous les sens, en même temps à 3h du matin y avait de quoi!


Photographie prise depuis la fenêtre de mon bureau au petit matin • 12.02.19
Canon 7D Mark II • Sigma ART 50mm


Merci infiniment à Matthieu pour la découverte de Bon Entendeur, un pur régal!

Ces petites choses #02

Ces petites choses #02

Ces petites choses #01

Ces petites choses #01