Écrire

Écrire

On ne m’a jamais appris à aligner les mots, c’est moi qui décide de leur ordre!

L’école n’a pas réussi à me formater. Les professeurs auraient voulu que j’écrive comme tout le monde? Pas de chance pour eux, faire comme tout le monde est quelque chose que je déteste. Inconsciemment ou non, je m’efforce toujours de faire autrement. Dans plein de domaines et l’écriture n’y a pas échappé.

Je lis énormément depuis toute petite. Aucune idée de l’âge où j’ai commencé, je me vois toujours avec un livre à la main. Les mots ont toujours été là pour me réconforter et m’emmener vivre des aventures extraordinaires… Quand je ramenais une mauvaise note à la maison, en mathématique par exemple, j’étais punie de lecture. Plus le droit d’ouvrir un livre, de lire une ligne. L’horreur pour moi. J’étais privée de mes mondes imaginaires qui m’aidaient à surmonter le quotidien.

J’ai eu un vocabulaire riche très jeune, me coupant souvent des gens de mon âge. Mais j’étais de toute façon bien plus à l’aise avec les adultes! Maintenant je lis nettement moins, surtout depuis que j’ai compris la nature de mon obsession à tourner aussi vite autant de pages. Me couper de la réalité était un besoin et les livres étaient à ma portée…

Style

En écriture je n’ai pas de style à proprement parler. J’aime quand c’est vivant, lire ne doit pas être chiant mais passionnant! Alors je me suis appliquée à faire de même en écrivant. Certains textes sont mieux que d’autres mais tous se rejoignent pour raconter des histoires qui, j’espère, intéressent les lecteurs!

Certains professeurs de français à l’école obligatoire n’aimaient pas ma façon de faire. Pas de plan et encore moins de fiches explicatives. Ce qui est très étonnant pour une personne comme moi qui anticipe énormément! Mais ce n’est pas parce que ce n’était écrit que cela n’existait pas. J’ai la chance d’avoir une très bonne mémoire, je retiens tout. Sans tri, brut. Tout ce qui me passe devant les yeux, les oreilles voir même le nez s’inscrit dans mon esprit. Alors oui, j’avais une idée de mon histoire, de mes personnages. Mais je ne ressentais pas le besoin d’inscrire sur une feuille ce qui était déjà bien clair dans ma tête.

Une personne qui donnait les cours de «Français II» m’avait fait le reproche d’écrire comme on fait une liste de courses. De courtes phrases, précises, détaillées, qui pointaient dans une direction mais ne voulaient pas forcément tout dire. Je me suis bloquée instantanément, me fermant à un média qui m’apportait beaucoup. Mais j’y ai retrouvé goût et surtout, je continue à faire mes phrases courtes!

Idée

Lorsqu’une idée vient je l’inscris dans un carnet pour la développer plus tard en article. Comme celui-ci, la phrase de tête m’est venue pendant une promenade en forêt! Depuis quelques mois j’ai des carnets qui me suivent un peu partout. Dans mon sac à dos. Sur ma table de chevet avec une petite lampe led. Dans mes sacs photo. L’inspiration peut venir à tout moment! Bizarrement, écrire à l’ordinateur ne m’apporte pas autant qu’une feuille de papier. La création est là mais c’est moins fluide. Alors je combine les deux pour mon plus grand plaisir…


L’image de l’article a été prise dans une petite imprimerie neuchâteloise en 2015, lorsque j’y travaillais encore. Elle a depuis fermé ses portes et liquidé toutes ses magnifiques vieilleries que j’avais immortalisées un soir d’hiver.

Une série de photographies que je travaille pour en faire, pourquoi pas, un livre!

Canon 6D Canon EF 40mm f/2.8 STM

Avez-vous des besoins en communication, graphisme, photographie ou multimédia?

Avez-vous des besoins en communication, graphisme, photographie ou multimédia?

Lâcher prise et photographie

Lâcher prise et photographie