Respirer? Acheter? Lequel signifie que l'on est en vie?

Respirer? Acheter? Lequel signifie que l'on est en vie?

Parfois, souvent même, les mots tournent dans ma tête jusqu'à ce que je les en sorte. Ça peut prendre une heure comme cinq minutes. Ne me reste plus qu'à trouver un bout de papier, un stylo et tout s'écoule. Voici mes dernières cogitations!

Dans notre société de consommation, si l'on ne possède pas un certain pouvoir d'achat, on n'est rien. Et même moins que rien. Insignifiant. De la gnognotte comme dirait l'autre!

Combien de personnes sont sorties du chômage sans un contrat de travail au bout? Elles ne sont plus dans les chiffres, bravo! Elles n'apparaissent pas non plus dans ceux du social car elles n'y ont pas droit. Souvent parce que le mari/la femme/le ou la partenaire/le ou la concubine (oui dans ce cas bien précis ce statut est reconnu bizarrement) travaille et gagne juste assez. Il ou elle va devoir prendre à sa charge sa tendre moitié. Par contre les assurances sont toujours bien présentes. Sans compter l'assurance accidents. Et le reste qui donne mal à la tête.

Combien y a-t-il de personnes dans cette situation?

Les statistiques n'en parlent pas. Ou très peu. La société fait l'autruche. C'est beaucoup plus simple d'éviter un problème que de l'affronter!

Pourtant j'en connais plusieurs et je vais grossir le rang en novembre si personne ne veut de moi d'ici là. Mon pouvoir d'achat va s'effondrer. Ma consommation également. Déjà qu'ils ne sont pas grands actuellement.

Ce n'est pas grave! C'est une bonne leçon de vie, se suffire du minimum. Pas facile à accepter au début, surtout quand on s'est habitué à vivre à un autre train de vie à une époque pas si lointaine. Je l'expérimente depuis quelques temps et c'est agréable au quotidien. Ne plus se stresser pour des détails qui semblaient importants et sont devenus insignifiants. Vivre là maintenant ce qui se passe, profiter tout simplement du moment présent!

Varier les plaisirs

Je réfléchis plutôt au meilleur moyen pour acquérir un clavier! La musique me manque trop, j'ai envie et ressens le besoin de m'y plonger. En écouter ne me suffit plus, je dois explorer ce que j'ai en moi. Comme si un trop-plein ne demandait qu'à s'exprimer! Des notes naissent, des mélodies surgissent, des mots s'en mêlent. Aux moments les plus incongrus. Je ne peux les noter dans un calepin comme ces mots, couchés sur le papier à une heure du matin. Merci à ma chère mémoire qui turbine et enregistre en permanence, je peux me les repasser à volonté en attendant de pouvoir les jouer!

Faire le point? Ou pas!

Parfois je me demande comment sera ma situation dans quelques mois. Tout peut arriver. Il est impossible de tout prévoir, les possibilités sont infinies. Et heureusement! Pour le moment je prends le temps. Le temps du moment présent. Ce moment si furtif, si agile à passer très vite. Le vivre intensément pour en fabriquer de merveilleux souvenirs!

Où serais-je dans six mois? Une année?

Aucune idée. Et cela ne m'intéresse plus autant qu'avant de le savoir… Pourquoi vouloir tout contrôler si on ne sait pas profiter de ce qui se présente sur le moment?

Je suis partie dans tous les sens avec ces écrits, vous êtes-vous perdus en route? J'échange volontiers ici ou par mail si vous avez les mêmes questionnements!

Je n'ai jamais eu l’occasion de voir Jack is Dead en concert à l'époque où le groupe tournait. C’est un gros regret car j'adore toutes leurs chansons, encore plus les versions avec l'Orchestre iranien! Heureusement on en trouve quelques traces sur Internet pour en profiter…

Tout et tout de suite

Tout et tout de suite

Nebbia

Nebbia